WEBZINE FACTEUR 4
actualités chroniques interviews labels mail-orders liens contact

Rubriques

 


 

NOUVEAUTES DISQUES


BIDIPOP "Snapshot"
( Carte Postale Records / 2005 )

 >  lire


NAVEL "Lunokhod"
( Partycul System & Taping-desk-ophon / 2005 )

 >  lire


ROOM 204 "Trans Panda"
( Effervescence / 2005 )

 >  lire


THE PATRIOTIC Sunday "Lay Your Soul Bare"
( Effervescence / 2005 )

 >  lire


THROMBOSE "Thrombose Records"
( Thrombose Records / 2005 )

 >  lire


V/A "Intricate Maximals"
( Audiobulb Records / 2005 )

 >  lire
> ARCHIVE LIST







 BIDIPOP "Snapshot"  (Carte Postale Records / 2005)

Voici encore une silhouette musicale déjà croisée sur Esprit III Aspic Project ! La galaxie Aspic n'a pas fini de se rappeler à notre bon souvenir... (à leur sujet, surveillez bien http://www.buckfusicmusiness.com/) Et puisque la musique ne connaît pas les frontières, c'est sur un label de Belgique que le projet du lyonnais Vincent Nicolas voit le jour. Après avoir joué dans Un automne à lob-nor aux côtés de Sébastien Roux (remarqué lui aussi, depuis, pour ses travaux de soliste), il se consacre à l'élaboration de ses perles glaciales et mélancoliques - évoquant une sorte de Plone moins guilleret, plus enclin au mystère et en quête de grandes étendues blanches - qu'il enfile gracilement pour obtenir un bijou unique. Ne jouant surtout pas de la surenchère ni de la prouesse technique, Vincent travaille avec une tendresse manifeste les sons de vieux synthés, portés par des rythmiques sobres, et s'attache à en faire jaillir une douceur et une joie quasi naïves. Laissant à ses compositions le temps nécessaire à un déploiement majestueux dans l'espace acoustique, Snapshot nous réserve de réels moments de beauté, d'une simplicité désarmante (stars hunter et first step in snow) ... Ce qui nous fait dire que la charge mélodique de cette pop électro-lunaire est à la fois minimale et maximale. S'ébrouant dans un écrin très lentement ouvert, chaque petite mécanique mélodique s'offre à nous telle une délicate fleur blanche, à la fois dense et fragile, se laissant longuement observer avec une candeur fascinante. On imagine sans trop grand risque de se tromper que les albums Beautronics et Music Has The Right To Children (Isan, Boards of Canada) bénéficient d'une place de choix dans la discothèque de Vincent Nicolas. D'autre part, la bio nous dit que celui-ci joue de la musique depuis l'âge de 4 ans : violon, clavier, guitare, batterie. Maintenant qu'il maîtrise à la perfection les climats électroniques, plaisons-nous à envisager un instant le prochain disque, mêlant avec sapience machines et instruments... Mmmmm...   (sg)